L'histoire d'Albina par Antonio Cancado - Brasileiros Sem Fronteiras

L’histoire d’Albina par Antonio Cancado

Hier, j’ai eu une rencontre inattendue et riche en leçons. J’étais au fond du jardin en train de cueillir les premières cerises de l’année lorsque ma voisine, la renommée Arlette Hugon, une des dernières cuisinières Mères Lyonnaise, m’a appelé pour demander de l’aide avec un bébé faucon coincé dans les barbelés de son antenne de télévision.

Après m’être équipé de gants de protection et d’une échelle de 5 mètres, j’ai atteint l’oiseau pris au piège qui avait lutté tout l’après-midi sans pouvoir se libérer. Plus elle était agitée, plus elle se faisait mal et même si elle était fatiguée, elle ne s’était pas arrêtée depuis plusieurs heures, m’a confié Dona Arlette.

Je n’ai pas pu identifier la race de l’animal, le jeune faucon que je vois voler dans mon jardin au crépuscule, ils volent en groupes d’environ 5 à 10 oiseaux et ont à plusieurs reprises enchanté mes yeux.

Quand j’ai relâché l’oiseau, je ne pensais pas que je me libérerais aussi d’idées idiotes qui m’empêchaient parfois de voler. Dans l’une de ses pattes, Albina avait attaché un fil de nylon ou un matériau similaire avec lequel nous fabriquons des emballages. Ce matériau solide, solide pour l’emballage des marchandises, était trop résistant pour que l’oiseau puisse percer ou même couper avec son bec pointu.

Au fil du temps, d’autres fils se sont réunis jusqu’à Albina avec une boulette de fils attachés dans sa patte. En atterrissant sur le fil de fer barbelé, cette balle s’emmêle et plus le pauvre se débat, plus il empire.

Équipé de ciseaux, au sommet d’une échelle, je pris fermement Albina qui ne pouvait pas résister. Bien que ce fut probablement le contact le plus proche qu’il ait eu avec un humain dans toute son existence, le petit faucon m’a laissé gérer son cas. L’opération a duré près de 5 minutes où j’ai senti mon petit cœur battre à travers ce fil de fer barbelé impuissant.

Une fois débarrassés du fil, Thierry et moi avons décidé de ne pas relâcher Albina sans d’abord la libérer du ballon qui l’avait condamnée et qui pourrait être fatal dans une autre situation. Un enchevêtrement de fils lui a coupé les griffes, lui a arraché les ongles et elle nous a laissé opérer en nous regardant avec confiance. Il est vrai que je l’ai tenu avec force et autorité pour qu’il ne lutte pas et que nous puissions agir pour lui-même.
Je ne pouvais pas libérer mon patient de notre clinique de fortune sans avoir traité au Gelly d’ Aloe Vera le meilleur cicatrisant 100% naturel que je connaisse. Albina s’est envolée de ces horribles fils qui la dérangeaient tellement. Je suis sûr que je te reverrai encore au crépuscule du cerisier ces jours où les fruits mûrissent avec le soleil du printemps.

Pendant tout le temps que je l’avais entre les mains, j’ai pensé à cette chanson préférée de mon frère Gilberto qui raconte le petit aigle qui est né là-bas dans les hauteurs avec envie de voler. Combien de fois me suis-je permis de créer des boulettes de ressentiment dans mes pattes jusqu’à ce que je trouve un fil de fer barbelé pour m’emprisonner.

Merci Albina pour la leçon, apprendre la liberté avec les oiseaux, quelle belle leçon pour ma journée d’aujourd’hui. Dans ce monde où l’homme a détruit, souillé et condamné à la nature, vous m’avez aujourd’hui donné l’occasion de me sentir utile pour sauver même un seul oiseau. Volez en paix et n’oubliez pas de revenir de temps en temps.

Antonio Cançado de Araujo
Mogneneins 12 mai 2020

Category: Courte histoire

Pour plus d’information sur l’endroit : www.facebook.com/1semaine1mois1an

Tags: 1semaine1mois1an, Antonio Cancado, Brasil.Fr, La littérature courte,

About Brasileiros Sem Fronteiras

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: